Études sur

Études et articles (ordre chronologique approximatif)

Claude Bondy sur Tas IV
Cahier Critique de Poésie (CCP #0), Marseille
1999
lire

Siegfried Plümper Hüttenbrink sur •TAS•
Cahier Critique de Poésie (CCP #10), Marseille
2005
lire

Yves Di Manno sur Tas II
Vient de paraître n° 29
2007
lire

Pierre Parlant sur Tas II
Cahier Critique de Poésie (CCP #14), Marseille
2007
lire

Malek Abbou sur SNPC*
note de lecture avant publication
2009
lire

Julien Marchand sur TDM
Cahier Critique de Poésie (CCP # 20), Marseille
2010
lire

Emmanuel Laugier sur Fantaisies
Le Matricule des Anges n° 128
2011
lire

Pierre Parlant sur Fantaisies
Cahier Critique de Poésie (CCP # ?)
2011
lire

Julien Marchand sur JCP
2015
lire

Lectures

Par d’autres ou par moi-même.

CiPM 2001
2001

• Au CiPM, en 2001, dans le cadre d’une soirée consacrée aux Éditions Ivréa.
Lorenzo Valentin, qui les dirige, avait parlé puis introduit des lectures de Bernard Collin, Michel Falempin et moi-même. (Roger Lewinter donnerait le lendemain une conférence intitulée “de la poésie contemporaine”.) Je crois me souvenir que l’un et l’autre (ou le premier seulement ?) avait lu quelques-unes de mes lignes… Je me souviens par contre parfaitement bien qu’ayant perçu mon trac (c’était la première fois que je parlais en public – je n’ai fait depuis aucun progrès), Bernard Collin, solidaire, m’avait fait dire par Lorenzo, ces bons mots écrits pour l’occasion : « Et si l’un de nous reste sans voix et se tait, c’est la preuve qu’il écrit. »
(texte entier repris dans Bernard Collin, Les Globules de Descartes, éditions Ivréa, 2004, p. 163.) Pour un extrait de cette lecture lors de laquelle le volume de ma voix baissa de plus en plus : http://cipmarseille.fr/auteur_fiche.php?id=1116
Suite à la séance, Pierre Parlant m’avait approché pour m’inviter à participer à un numéro de sa revue. C’est ainsi que « Matière carton » (qui réapparaîtrait dix ans plus tard dans Fantaisies, Héros-Limite, 2011) parut dans le numéro 8 de Hi.e.ms (Draguignan, 2001) en compagnie de dessins d’Éric Arbez (voir http://legraphomane.blogspot.com/).
Pour le numéro 94 du Cahier du Refuge (mars 2001) également consacré aux éditions Ivréa, j’avais donné un Plan Général et la Sorte de statement que l’on pourra retrouver dans Copeaux (voir Inédits). Dans un entretien avec Éric Pesty dans le même numéro, Lorenzo Valentin évoquait Tas IV (voir ci-joint).

Cahier du Refuge

France Culture
2007

• Suite à la publication de Tas II en 2006, Alain Veinstein m’avait invité à participer à l’émission nocturne qu’il animait alors sur France Culture (Surpris par la nuit - Contresens, 19 mars 2007). Mon intervention avait été si mauvaise à mes yeux, l’expérience si totalement insatisfaisante, qu’il m’avait fallu recourir au cahier que je tenais alors pour digérer cet échec*.

  • Dans Jusqu’au cerveau personnel, p. 72 :

« J’ai trouvé ma prothèse, enfin je veux dire en fait entendu
ma prothèse : en fait.
Comme une virgule, quand je flotte, un coup de rame – et certes, à l’écoute
je le ressens, le coup fait un peu mal.

Donc : ma prothèse est quand je flotte – quand j’ai perdu
mon centre et cherche comment le rejoindre – quand je remplace
l’accès manquant.

Et pourquoi, alors, pourquoi par ça ?
Un cousin disait con, de Marseille, géologue : était-il toujours mal ?
Le plus marquant dont je me souvienne, chez un homme d’Ardèche, artisan
comment s’appelle… Ça en était gênant.

En fait, c’est dans ma bouche, revenons, ne dérivons pas, pas de glose,
abrégeons, contentons-nous de la vérité sans détail.

Je lis sous fait dans Littré que mettre, poser en fait, c’est « avancer une
proposition comme incontestable ». Aussi : « ce qui concerne quelqu’un,
ce qui lui est spécial », plus loin « la part qui revient à quelqu’un ».

En fait est mon avance vers le propre, au moment où il se dérobe le plus,
sous le coup d’un délogement, d’un décentrement

comme un micro sous le nez.»

J’ai réécouté récemment l’enregistrement qu’on m’avait remis le jour même Avenue du Président Kennedy et je suis aujourd’hui moins sévère : médiocre oui, mais des choses finalement sont dites.

l'émission FC

Agora Tête d'or
2007

• Par le truchement de Franck Fontaine avait été organisé le 2 mars 2007 un double événement chez les Dominicains de L’Agora Tête d’or, à Lyon : une exposition de l’artiste Patrick Sainton et une intervention de moi-même en tant qu’auteur.
Pour obvier à la lecture, j’avais invité mes trois éditeurs d’alors, Lorenzo Valentin, Alain Fabbiani et Éric Pesty, à lire à ma place et à leur guise des textes des trois livres publiés (Tas IV, •TAS• et Tas II). J’avais lu en direct un préambule justifiant cette délégation de pouvoir et offert à l’auditoire de repartir avec quelques pages imprimées à son attention, intitulées « Tentative (m)orale » (lire), qui trouveraient place plus tard dans Sous un nœud de paroles et de choses* (Fage éditions, 2009). Il est possible d’écouter l’enregistrement de cette soirée. On constatera que le lecteur finit toujours par accélérer et omettre de marquer comme il conviendrait le silence entre les textes. (– Euh, pardon ? Quelqu’un là se plaindrait-il ?)

tentative (m)orale
écouter

Page 48
2007

• En mars 2007, Horacio Oliveira (on aura reconnu là un pseudo) lit la page 48 (en fait les pages 48-54) de Tas II. On peut retrouver cette lecture sur le blog de Pierre Ménard
http://horacio.oliveira.free.fr/LIMINAIRE/liminaire.htm
(Dans l’onglet « Page 48 Lectures versatiles ».)
Ou écouter ici.

Page 48

Histoire de l'œil
2007

• À la librairie Histoire de l’œil, à Marseille (intervenaient aussi le même 9 juin (mais de quelle année ? 2007 ?) Victoria Xardel, Vincent Bonnet et Emmanuel Fournier, pour leur respectif « livre décalibré », l’argument du soir), il me fallut subir moi-même l’épreuve à laquelle je soumettais les présents : écouter une voix synthétique (deux alternant pour être exact) lire à ma place une version remaniée de « Tentative (m)orale », texte rédigé pour rester tu en toute situation de lecture à laquelle je me trouverais confronté (voir Sous un nœud de paroles et de choses*). Cette (nouvelle) forme de dérobade décidée au titre de la cohérence m’avait astreint à réécrire le texte en sorte que la transposition sonore, moins efficace qu’elle n’est aujourd’hui, présentât le moins de défauts possible. Il en est resté beaucoup, vous vous en rendrez compte.

Voix

Bal des Ardents - 2015
2015

• Lecture-performance à la librairie Le Bal des Ardents, à Lyon, le 1er juillet 2015.
Vous aurez accès au petit film très-rustique et très-rudimentaire que j’avais « tourné » avec un portable au Serre de la Chapelle en juin 2015, pour sa diffusion sur un drap lors de cette soirée (Tourné… ou, peut-être plus rapide, https://vimeo.com/138957360 saisir code pgpg31;;). Pour le texte, je renvoie aux pages d’Appendice(s) intitulées « AU BAL » mais j’en propose ici une version “verticale” (AU BAL).

AU BAL
Tourné au Serre de la Chapelle

Expériences graphiques

(De haut en bas par colonnes)

(Dans Écrits - Livres - Tas II et Inédits - Notes…)
Tourner en rond pour une erreur de parallaxe (encre sur papier, ∅ 23 cm)
Tout à une certaine date, fichier PDF

(Dans Écrits - Inédits - Notes…)
Tourner en rond pour une erreur de parallaxe (encre sur plâtre, ∅ 23 cm)

(Dans Écrits - Articles - Le Bout des Bordes)
Quatre optotypes, fichier PDF

(Voir Écrits - Articles - Le monde sur une feuille)
Colton (1865) : Lakes retouchés
Colton (1869) : Rivers retouchées

Pour la couverture de Fantaisies

(Dans Écrits - Livres - JCP)
Schéma éditorial p. 118-119, fichier PDF
Schéma éditorial p. 163, fichier PDF

Surimpression, fichier PDF

(Dans Écrits - Livres - Appendice(s) ou Écrits - Inédits - Appendice(s) +…)
« 21g », 60 x 84 cm, impression sur toile
« Quand même nul… », 29,7 x 42 cm, impression sur toile
« Qu’est-ce dire… », 35 x 41 cm, impression sur papier
« Les profils d’un texte », 25 x 50 cm, fichier PDF
« Troncs & souches », 114 x 150 cm, impression sur toile (si l’on veut lire, voir pages 59-71 du PDF d’App… dans la sous-section Inédits)
Éléphant tabac, fichier PDF
Fumer allume, fichier PDF
« Ce que… », 15 x 84,5 cm, fichier PDF et impression sur toile


Accidents

En vrac, ce qui convient à leur nature. Des captures d’écran pour l’essentiel. Sauf “Recyclage de •TAS•” (je crois que les mains de Sébastien Lecoultre ont fait subir un autre traitement à un autre de mes livres. Dans mon souvenir, ce dernier (Tas IV ou Tas II) avait été râpé, ce qui n’est pas vraiment un accident accidentel), la page 154 de 478 jours naturels de Bernard Collin (Les petits matins, 2012), les yeux de mon ami Jean-Luc Parant dans Appendice(s), la page 130 dans Nicolas Pesquès, La face nord du Juliau, dix-sept / dix-huit, l’exergue, en page 11, de Infiniment au bord de Stéphane Sangral…